Accueil » Actualités » Quand votre repas devient mortel

Actualités

Quand votre repas devient mortel

Des scientifiques du LIH apportent un éclairage novateur sur une allergie à la viande mal comprise

30 juin 2022 6minutes

Le syndrome α-Gal est une réaction allergique aux composants de la viande qui n’a toujours pas été correctement définie. Dans un effort pour faire la lumière sur cette maladie mal comprise, une équipe de chercheurs dirigée par le Dr Christiane Hilger de l’Institut luxembourgeois de la santé, brise les stéréotypes en allergologie et apporte des preuves de déclenchements allergiques aux glucides qui fonctionnent indépendamment de la molécule porteuse.


L’allergie à la viande rouge, connue médicalement sous le nom de syndrome α-Gal, est une réaction allergique potentiellement mortelle qui se produit après l’ingestion de viande rouge ou d’autres produits dérivés de mammifères. Les patients sont souvent diagnostiqués avec le syndrome α-Gal à la suite d’épisodes allergiques répétés, survenant le plus souvent plusieurs heures après un repas.  On pense que le syndrome provient de la morsure d’une tique qui transmet au patient l’α-Gal, un type spécifique de sucre également appelé glucide α-Gal, ce qui entraîne le développement d’une allergie à la viande rouge. Lorsqu’ils rencontrent le glucide dans les produits carnés, les patients réagissent comme s’ils étaient exposés à un intrus, ce qui entraîne des épisodes allergiques complets. Le syndrome α-Gal ne dispose actuellement d’aucun traitement autre que l’éviction des produits carnés, un exploit rendu plus complexe par la présence de dérivés animaux dans certains médicaments, tels que les traitements anticancéreux, les drogues ou les vaccins.

L’administration sous-cutanée ou intraveineuse de produits contenant de l’α-Gal à un patient atteint du syndrome entraîne une réaction allergique immédiate. Il est toutefois intéressant de noter que lors de l’ingestion orale de produits dérivés de la viande, la réaction allergique n’est pas immédiate, mais survient 2 à 8 heures après la consommation du produit carné. La logique suggère un rôle important du processus digestif dans ce délai observé, le patient n’étant exposé à l’allergène que lorsque la viande est décomposée et absorbée par les parois du tube digestif. Plusieurs protéines de viande porteuses d’α-Gal ont déjà été identifiées par l’équipe du Dr Christiane Hilger, chef du groupe d’allergologie moléculaire et translationnelle à l’Institut luxembourgeois de la santé (LIH). Jusqu’à présent, les théories dominantes associaient le retard des réactions allergiques aux α-Gal présents sur les graisses ou les lipides de la viande, car ceux-ci seraient plus longs à digérer, mais les preuves expérimentales faisaient défaut. Dans une étude récente, le Dr Christiane Hilger a cherché à déterminer si les composants lipidiques de la viande pouvaient également provoquer la réaction allergique retardée caractéristique du syndrome α-Gal, et quel composant, les protéines de la viande ou les lipides de la viande, l’emporterait en matière de pouvoir allergène.

Dans un premier temps, l’équipe a utilisé des protéines et des lipides hautement purifiés porteurs d’α-Gal. Les deux types de molécules ont pu se lier fortement aux anticorps de patients atteints du syndrome α-Gal et ont pu stimuler des cellules humaines, imitant ainsi une réaction allergique. Ces résultats ont confirmé que l’hydrate de carbone α-Gal peut provoquer une réaction allergique, indépendamment de la molécule porteuse.

Dans un deuxième temps, l’équipe a étudié les sources alimentaires naturelles en extrayant des protéines et des lipides de la viande de porc et de bœuf. Pour mesurer la réaction allergique à ces extraits de protéines et de lipides, l’équipe du Dr Hilger a utilisé le sang de patients atteints du syndrome α-Gal, qui contenait les anticorps qui se lieraient à l’α-Gal, et les cellules qui déclencheraient un épisode allergique. Le stimulus allergique induit par chaque extrait a ensuite été évalué à l’aide de marqueurs mesurant la réponse allergique. Ces réactions observées avec du sang de patients allergiques ont montré un rôle plus puissant des protéines de viande porteuses d’α-Gal comme source de déclenchement de la réaction allergique que les lipides de viande. De façon remarquable, les protéines de bœuf et de porc se sont révélées plus abondantes en α-Gal que les parties grasses.

L’équipe a également simulé une digestion gastrique et intestinale des protéines de viande, montrant que les protéines porteuses d’α-Gal survivent à la digestion gastrique et restent stables pendant une longue période. Contrairement à ce que l’on pensait auparavant, leurs résultats suggèrent que les protéines porteuses d’α-Gal survivraient au processus de digestion suffisamment longtemps pour susciter des réactions retardées lors de leur absorption dans l’intestin.

Ces résultats apportent une nouvelle dimension à la compréhension de l’allergénicité des glucides, qui, contrairement aux allergies aux protéines, n’est actuellement pas très bien comprise.

Nos résultats ont fait progresser le domaine de l’allergologie en montrant qu’une réaction allergique pouvait être déclenchée par l’α-Gal, quelle que soit la partie de la viande dans laquelle il se trouve. Le facteur le plus important est l’abondance et la stabilité du glucide, qu’il soit porté par un lipide ou une protéine,

ajoute Neera Chakrapani, doctorante et premier auteur de l’étude.

« Ce type d’informations est non seulement essentiel pour identifier les molécules déclenchantes pertinentes dans le syndrome α-Gal et pour créer des tests de diagnostic appropriés, mais il nous aide également à comprendre un type de réaction allergique que nous ne connaissons pas encore », conclut le Dr Hilger.

Ces résultats ont été publiés dans « The Journal of Allergy and Clinical Immunology, l’une des principales revues d’allergologie et d’immunologie, sous le titre « α-Gal present on both glycolipids and glycoproteins contributes to the immune response in meat-allergic patients ». (L’α-Gal présent à la fois sur les glycolipides et les glycoprotéines contribue à la réponse immunitaire chez les patients allergiques à la viande)

Financement et collaborations:

La recherche a été menée en collaboration avec l’Université de Tübingen, le Centre Hospitalier Luxembourg, l’Institut des sciences et de la technologie du Luxembourg, l’Université du Danemark du Sud et l’Université technique de Munich. Le travail a été soutenu par un financement bilatéral du Fonds National de la Recherche (FNR) du Luxembourg, projet C17/BM/11656090 et de la Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG), projet FI2226/2-1, BI696/12-1, SFB1335 P17, et SFB1371 P06.

Scientific Contact

  • Christiane
    Hilger
    Group Leader, Molecular and Translational Allergology

    Department of Infection and Immunity

    Contact

Partagez sur

Actualités associées

Faire un don